Nouveaux produits

Promotions

Editeurs

Le grand livre de la permaculture Agrandir l'image

Le grand livre de la permaculture

LE-01-GLP

Neuf

Au jardin potager, les principes de permaculture à adopter et les techniques à connaître

Plus de détails

17,00 €

Fiche technique

TitreLe grand livre de la permaculture
Auteur(s)Blaise Leclerc
ÉditeurLeduc.s Editions
Format15 x 21 cm
Nombre de pages288 pages
CouleurNoir & Blanc avec quelques illustrations
Date de parutionSeptembre 2017

En savoir plus

AU DOS DU LIVRE

Parce qu'elle est plus productive que l'agriculture intensive et parfaitement respectueuse de l'environnement, la permaculture apparaît aujourd'hui comme une alternative durable face à l'épuisement des ressources.

Découvrez dans cet ouvrage :

  • Les origines et les principes de base de la permaculture, pour comprendre son fonctionnement et ses enjeux.

  • Des explications claires et précises pour faire entrer la permaculture dans votre jardin : comment organiser l'espace, quelles techniques adopter, comment optimiser vos ressources naturelles et favoriser la biodiversité, quelles cultures associer…

  • Des fiches illustrées pour chaque variété à privilégier : légumes, fleurs, fruits, arbustes…

DU CONCEPT À LA PRATIQUE, LE GUIDE COMPLET DE RÉFÉRENCE POUR ADOPTER LA PERMACULTURE
ET CRÉER UN ÉCOSYSTÈME AUTONOME ET DURABLE !

 

L'AVIS DU SPECIALISTE

Par Moilamain, permaculteur-designer-formateur

Et ben sincèrement... je m'attendais à mieux de la part d'un ingénieur agronome. C'est un livre pour les débutants qui brassent beaucoup de sujets, aussi bien sur le design que le jardinage ou que la façon de vivre ou les problèmes de notre société. La partie jardinage présente une large palette de concepts (fertilisation en tout genre, vie du sol, travail du sol, semences, buttes de culture...), mais l'ensemble reste léger et ne constitue pas un guide complet qui permettrait de savoir tout faire. C'est un livre qui ouvre des pistes.

 

L'AUTEUR

Blaise Leclerc est docteur en agronomie, expert en fertilisation organique à l’ITAB (Institut Technique de l’Agriculture Biologique) et jardinier depuis 40 ans. Il donne des conférences et des stages pratiques dans son potager. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages sur le jardinage biologique.

 

SOMMAIRE

INTRODUCTION

PARTIE 1. DU CONCEPT…
1. UN MOUVEMENT EN PLEIN ESSOR
2. LES PRINCIPES DE LA PERMACULTURE
3. LES DIFFÉRENTES ÉCHELLES DE LA PERMACULTURE
4. L’AVENIR DE LA PERMACULTURE
5. DÉMYSTIFIER LA PERMACULTURE

PARTIE 2. … À LA PRATIQUE
6. LES TECHNIQUES DE LA PERMACULTURE AU JARDIN
7. LES LÉGUMES À PRIVILÉGIER EN PERMACULTURE
8. LES FLEURS ET AUTRES PLANTES HERBACÉES
9. LES ARBRES, ARBUSTES ET PETITS LIGNEUX
10. BALADE DANS UN JARDIN EN PERMACULTURE

CONCLUSION

GLOSSAIRE

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

INDEX

TABLE DES MATIÈRES

Avis

Note 
04/11/2017

De l'antiscience

J'ai acheté ce livre car son auteur est docteur en agronomie, et je pensais ainsi me garantir de bien des énormités qu'on lit ici ou là. Quelle ne fut pas ma déception d'y lire erreur sur erreur dans la partie « jardin » !

En ce qui concerne la présentation de la permaculture, elle est bien faite et claire, utile à qui n'y connait rien. Dommage cependant qu'elle n'aborde les erreurs conceptuelles initiales de la permaculture, comme cette idée farfelue de Peak oil, avec laquelle les puissants nous manipulent, mais qui n'exist pas : les réserves sont (malheureusement) très amples, au moins mille ans, tout dépend du prix (au-delà de cent dollars le baril). L'idée de « descente énergétique » est donc un contresens, bien d'autres problèmes surviendront avant (pollution, épuisement de ressources minières, black-out électrique dû à Internet, etc.). Toutefois, je ne tiens pas rigueur à Blaise Leclerc d'avoir manqué l'occasion d'éclaircissements, ses explications géopolitiques étant par ailleurs fort naïves.

Passons à la partie jardinage. Alors là, deux possibilités : soit l'auteur Blaise Leclerc n'est pas docteur en agronomie, ou alors dans une autre vie et il a tout oublié.

Ne pas parler du CAH, c'est une honte et particulièrement en permaculture, un monde dans laquelle l'ignorance du CAH aboutit à des erreurs monstrueuses dans le choix des techniques.

Ignorer les méfaits du paillage (asphyxie du sol, faim d'azote, maladies), c'est de la désinformation. Et non, les vers de terre ne mangent pas des brins de paille (sauf à les confondre avec des vaches laitières). Confondre le besoin de pailler avec le besoin de couvrir le sol est absurde, tant il est facile de couvrir le sol avec la végétation spontanée. Et croire qu'en paillant on économise l'eau et que du coup on arrose moins, c'est tout simplement idiot : en plein été, le sol nu évapore 1 litre d'eau au m2, le sol couvert de végétation… 11 à 15 l/m2. C'est donc la végétation qui consomme l'eau, et qui oblige à arroser sauf à choisir une production très faible et des légumes sans goût (au contraire des idées-reçues).

La mise en exergue du travail de Pascal Poot est une honte, c'est de l'escroquerie intellectuelle que d'invoquer l'épigénétique sans citer la moindre référence associée, et c'est un pur mensonge de prétendre que ce monsieur a une production abondante (en réalité, trois à quatre tomates par pied). Donner à croire qu'on peut produire sans arroser est scandaleux : si on arrose peu, la plante survit mais donne peu, des fruits maigres et dépourvus de toutes les molécules qui font le goût et la santé. Il suffit de connaître un minimum la biologie végétale pour le savoir.

Mais il est vrai, de ladite biologie, l'auteur Blaise Leclerc ne connaît rien. Les exsudats racinaires, connait pas. Les échanges entre plantes, connait pas. Le développement explosif des bactéries au contact des racines, connait pas. Il faut dire que lorsqu'on expose avec étonnement que « certaines plantes potagères » ont des racines qui s'enfoncent jusqu'à 1 m, on démontre son absence absolue de connaissances. Car la moindre des plantes (le radis) étend ses racines sur 1 mètre cube (1,20 m de profoneur pour le radis), la majorité des plants de potager occupant en réalité deux mètres-cubes (1,50 à 2,50 m de profondeur).

Quant à la partie légume par légume, elle est encore plus indigente, et bourrée d'erreurs factuelles. Non, la livèche n'est pas l'ancêtre du céleri, il s'agit de deux genres différents (Levisticum officinale pour la livèche). L'ancêtre du céleri est une plante des marécages de Méditerranée, Apium graveolens. Non, la fraise n'a plus rien à voir avec la fraise des bois, depuis le dix-huitième, mais résulte la plupart du temps d'un croisement entre un fraisier de Virginie et un fraisier du Chili.

Quant aux associations de légumes proposées, ce n'est pas mieux. Alors qu'existent quelques études, elles ne sont pas citées. Par exemple, l'auteur nous propose d'associer la pomme de terre avec le petit pois, alors qu'il a été démontré que cette association n'a aucun effet ni sur le doryphores ni sur le mildiou ; contre les doryphores, l'effet prouvé de la morelle de Balbis est intéressant.

Bref, je renonce à lister toutes les erreurs, elles sont trop nombreuses : un livre à oublier qui discrédite même son éditeur (PS : je fais une copie d'écran de ma publication au cas où elle serait effacée…)

    Donnez votre avis !

    Donnez votre avis

    Le grand livre de la permaculture

    Le grand livre de la permaculture

    Au jardin potager, les principes de permaculture à adopter et les techniques à connaître

    30 autres produits dans la même catégorie :

    Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...